IGS InternationalIGS International

Le Service des Relations Internationles du Groupe IGS

Accueil > Pages > Préparer votre départ

Pages

  • Préparer votre départ

    Bien préparer et réussir son séjour à l’étranger


    1. Pourquoi partir ?

    Il est possible que vous n’ayez pas le choix car votre école vous l’impose ou il est possible que vous vous demandiez s’il serait opportun que vous partiez un semestre à l’étranger dans le cadre d’une démarche optionnelle.

    Les raisons pour lesquelles votre école vous l’impose et les raisons pour lesquelles vous devriez partir sont les mêmes : un séjour académique ou un stage à l’étranger constitue, s’il est bien préparé et bien mené, un formidable accélérateur de développement personnel et professionnel en plus des acquis académiques dont vous bénéficierez.

    Concrètement, vous allez pouvoir développer quatre formes de savoirs telles qu’elles ont été définies par Michael Byram de l’Université de Durham en Angleterre :

    • savoir être : la capacité à reconnaître et vous défaire de votre ethnocentrisme
    • savoir apprendre : la capacité d’observer et d’analyser comment d’autres personnes issues d’une culture différente perçoivent le monde
    • savoir : apprendre des éléments factuels sur une culture et un pays
    • savoir faire : la capacité de synthétiser les trois premières formes de savoir et de les traduire en comportements efficaces et réussis dans le pays ou avec des gens du pays.

    Mais ceci suppose que vous arriviez à quitter la zone de confort que vous procurera sans doute la présence d’autres étudiants de votre école, d’autres étudiants français ou étrangers dans la même situation que vous dans le pays concerné.


    2. Comment découvrir des différences culturelles dans un pays ?

    Sans rentrer dans la littérature conséquente et les différentes théories sur l’analyse des cultures, vous pouvez déjà, à votre niveau, découvrir beaucoup de choses sur vous-même, sur votre propre culture et sur celle de votre pays d’accueil.

    Observez autour de vous et essayer de comprendre, sans porter de jugement des choses aussi élémentaires que des notions de famille, les rôles des membres de la famille, le rôle de l’homme, celle de la femme, les interactions et sens d’engagements qui existent entre les membres de la famille.

    Anecdote vécue : mariage entre une irlandaise et un français d’origine pied noir. Les familles se mettent d’accord sur le fait que ce sera un mariage intime avec uniquement la famille proche. Pour la famille irlandaise, ceci se résuma à 7 personnes au total, pour la famille française, plus de 80 personnes.

    Essayez de comprendre si l’individu prime sur la collectivité, qu’est-ce qui est perçu comme beau ou de valeur par la société, l’humour, les questions que l’on peut poser ou pas.


    3. Comment s’y prendre ?

    Toutes sortes d’activités peuvent vous permettre d’aller plus loin dans votre découverte du pays, de sa culture et de ses valeurs. Mais toutes impliquent que vous développiez votre capacité à OBSERVER.

    Vous allez voyager, vous allez sans doute passer par un aéroport où vous verrez des groupes de cadres d’entreprises qui voyagent pour affaires. Observer le comportement d’un groupe de cadres italiens ou égyptiens, et d’un groupe de cadres suédois ou hollandais à l’aéroport. Vous serez bien en peine de pouvoir distinguer le patron suédois ou néerlandais alors que vous aurez identifié le patron italien ou égyptien au premier coup d’œil, à la fois à cause des différences vestimentaires et du comportement du groupe à son égard.

    Observez l’interaction entre le personnel d’un magasin et les clients, observez le merchandising dans le magasin.

    Observez la vie quotidienne d’une famille si vous êtes invité(e), les rapports entre les générations, l’utilisation de l’espace dans la maison, comment se déroule un repas. Et quand vous ne comprenez pas quelque chose, ne portez pas de jugement, posez des questions.


    4. L’importance des questions.

    Questionnez, creusez. Vous découvrirez des croyances partagées d’une culture lorsque on vous répondra : ‘Et bien, c’est comme ça, c’est tout, il n’y a pas de raison’. Un exemple : posez une question simple à un de vos compatriotes et demandez-lui de justifier sa réponse : ‘Est-ce normal que des parents subviennent aux besoins de leurs enfants mineurs ?’
    Demandez à un chinois si la démocratie ne serait pas une bonne chose en Chine. Vous serez surpris de l’argumentation dont feront preuve certains pour dénoncer ce qui nous paraît a priori une évidence.


    5. Sortez de votre cocon et prenez des risques.

    Il ne s’agit pas de vous mettre en situation de danger mais d’accepter l’inconfort qui peut résulter d’une situation un peu ambigüe ou inhabituelle parce que vous êtes un peu timide. On l’est toujours plus dans une autre culture. Ce sont ces expériences justement qui vont vous faire développer votre assurance, votre maîtrise de vous-même et développer votre réseau. Rejoignez une association ou un club de sport où il n’y a que les gens du pays, même si vous maitrisez peu la langue. Proposez de donner des cours de conversation de français à des étudiants en ‘terminale’ dans le pays ou des étudiants de votre niveau dans votre université ou une autre université ou école. Si vous en avez le droit et si vous y arrivez, trouvez un petit job quelques heures par semaine.


    6. Informez-vous sur le pays avant de partir.

    Votre séjour se passera d’autant mieux et votre intégration se fera plus rapidement si vous vous donnez la peine de vous documenter sur le pays. Si vous arrivez connaissant les quelques sportifs qui sont la fierté du pays, le dernier groupe local à la mode, le dernier scandale politique, les noms des principaux acteurs de la vie politique, quelques statistiques sur le pays et son économie, vous serez d’autant mieux reçus par les ‘locaux’.

    Un guide type Routard ou Lonely Planet vous sera également utile pour a) ne pas passer à côté des choses qu’il faut voir et b) planifier des week-ends ce que vous ne manquerez pas de faire. Si vous partez à plusieurs, faites des économies et partagez-les.

    Vous pouvez également consulter le site du Ministère des Affaires Etrangères pour voir s’il y a des conseils spécifiques pour le pays où vous vous rendrez :

    http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs_909/index.html

    Côté pratique avant votre départ.


    1. Votre inscription.

    Vous devrez vous inscrire à l’université via le Département International et ce en fonction des accords qui vous sont ouverts selon votre école, filière et année d’études et niveau de langue.

    Vous devrez faire vos inscriptions pédagogiques aux cours que vous allez suivre à l’étranger avant le départ en les faisant valider par votre directeur d’études ou de programme. Cette validation est matérialisée par un ‘learning agreement’ qui est signé par vous-même, votre directeur d’études et l’institution d’accueil. Tout changement ultérieur devra être accepté à la fois par votre institution d’accueil et votre directeur d’études et fera l’objet d’un aller-retour du learning agreement’ pour obtenir à nouveau les signatures des trois parties.

    Dans certains cas les inscriptions pédagogiques se font une fois votre arrivée sur place. Dans ce cas, le ‘learning agreement’ devra être renvoyé au Département International qui le fera valider par votre directeur d’études.


    2. Vos documents d’identités.

    Vous avez besoin d’un passeport valable six mois après votre date prévue de retour pour pouvoir voyager hors zone Schengen. La zone Schengen comprend tous les pays de l’Union Européenne sauf le Royaume-Uni, l’Irlande, la Bulgarie, la Roumanie et Chypre.

    En fonction des préfectures, votre demande de passeport pourra prendre entre 2 et 6/7 semaines donc ne tardez pas à le renouveler, surtout si vous êtes domicilié(e) en province.

    Attention : si vous êtes ressortissant d’un pays hors-UE, la date d’expiration de votre carte de séjour devra également être postérieure à votre date prévue de retour.


    3. Visa.

    Si vous voyagez pour des séjours pour études et/ou des séjours supérieurs à 90 jours hors-EU, vous aurez généralement besoin d’un visa pour études. Dans certains cas rares, le visa peut se demander sur place, mais dans la plupart des cas, il faut faire une demande avant. Les formalités sont parfois longues et fastidieuses et peuvent impliquer un bilan de santé pour certains pays.

    Si vous êtes ressortissant d’un pays hors-EU, vous aurez à solliciter un visa pour étudier dans les 5 pays qui ne font pas partie de la zone Schengen, et notamment l’Irlande, le Royaume-Uni et la Bulgarie où le Groupe IGS a des institutions partenaires.

    Le Groupe IGS et le Département International du groupe n’a aucun pouvoir que ce soit à titre institutionnel ou privé sur les autorités consulaires et ne peuvent en aucune manière vous garantir l’obtention d’un visa quelle que soit votre nationalité et quelle que soit la destination souhaitée.

    Chaque année il y a des cas de refus de visa.

    Au cas où la demande de visa se ferait une fois arrivé dans le pays, ex. Argentine, il vous appartient de régulariser votre situation conformément à la législation du pays. De même si vous devez renouveler une autorisation de séjour au bout de 90 jours, ex. Corée ou Thaïlande, vous devrez également vous conformer à la législation du pays. Nos universités partenaires vérifient si vous êtes en règle, et si ce n’est pas le cas, ils ne vont pas vous dénoncer mais par contre bloquer vos notes et vous ne validerez pas votre semestre. Donc prenez le temps nécessaire pour accomplir vos formalités si besoin est, et ne vous dites pas que vous pouvez éviter de le faire parce que vous restez moins de 3 mois en Argentine par exemple et pouvez garder le statut touriste ou que vous allez rester que 10 jours de plus en Corée et que ce n’est pas grave. Ça l’est.


    4. Copies de sauvegarde.

    Faites des copies de votre passeport (avec la page où il y a le visa le cas échéant), pièce d’identité, titre de séjour, billet d’avion, liste avec votre ou vos numéros de carte(s) de crédit, prescriptions médicales si vous en avez, bref tout ce qui est important et laissez-les soit avec un membre de votre famille, soit dans un site de stockage de données sur internet. Ou scannez-les et envoyez-les vous par mail afin d’en garder une trace. Ceci facilitera grandement votre vie si vous êtes victime de vol.


    5. Santé.

    Si vous suivez un traitement médical, demandez à votre médecin de vous prescrire suffisamment de médicaments pour votre séjour et de vous donner le nom générique du ou des médicaments au cas où vous le perdriez. Prenez votre prescription avec vous pour passer la douane. Dans certains pays, ils peuvent vous suspecter de trafic de médicaments.

    Si vous partez en Europe, vous serez couverts(es) par la carte européenne d’assurance maladie, à demander auprès de votre mutuelle. Hors Europe, il faudra prendre vos dispositions. Certaines universités exigent que vous preniez une police spéciale qui couvre des risques très précis. Il faudra vous y conformer, quitte à prendre la police que vous propose l’université.

    Vérifiez avec votre médecin s’il juge utile que vous vous fassiez vacciner contre une ou plusieurs maladies en fonction du pays et des pays que vous risquez de visiter : méningite, hépatite A et B, tuberculose, etc.


    6. Assurance

    Lors de vos expériences à l’international, partez bien assuré !

    Pour vous permettre de bien protéger votre santé lors de vos stages et séjours à l’étranger, le Groupe IGS s’associe à APRIL International.

    APRIL International répond à vos besoins à travers deux solutions d’assurance internationale spécialement conçues pour accompagner les étudiants à l’étranger :

    1) Crystal Studies, pour votre séjour à l’étranger de moins de 12 mois
    Avec l’assurance Crystal Studies, vous bénéficiez :
    • d’une garantie frais de santé jusqu’à 200 0000 € sans franchise, au 1er euro ou en complément de la Carte Européenne d’Assurance Maladie,
    • d’une garantie assurance bagages et report de départ.

    2) Expat Student, pour votre séjour à l’étranger de plus de 12 mois
    Avec l’assurance Expat Student, vous bénéficiez :
    • d’une garantie frais de santé jusqu’à 1 000 000 € sans franchise, au 1er euro ou en complément de la Caisse des Français de l’Étranger,
    • d’une garantie assurance examen.

    De plus…
    • Quelle que soit la solution choisie, des garanties additionnelles sont incluses : rapatriement, assistance juridique, responsabilité civile, stage et locative, individuelle accident…
    • Vous n’avancez pas d’argent en cas d’hospitalisation.
    • L’appli Easy Claim vous permet d’envoyer vos demandes de remboursement en quelques clics.

    Pour tous renseignements ou souscriptions au contrat APRIL, nous vous suggérons de vous rendre sur le site www.april-international.com.
    Pour toute question relative à votre assurance internationale, vous pouvez aussi contacter votre interlocuteur direct :
    Mme Hafsia DURAND : 01 73 04 64 21 - hafsia.durand@april.com


    7. Prévoyez l’interaction avec votre famille.

    Si c’est la première fois que vous quittez votre famille pour une période aussi longue, vous avez peut-être un peu d’appréhension. Ce qui est sûr, c’est qu’au moins un de vos parents en éprouve également. Quand vous serez à l’étranger, pas question d’appeler papa et maman tous les jours. Mais parlez-en avec eux et voyez à quelle fréquence ils souhaitent avoir de vos nouvelles, ne fût-ce que par mail, pour ne pas se sentir inquiets.


    8. Votre valise.

    Le poids et le nombre de pièces que vous pourrez emporter avec vous dépendra de votre compagnie aérienne. Renseignez-vous avant. En général, les règles pour les voyages intercontinentaux vous permettent d’emporter largement de quoi survivre pour un semestre.

    Mais si vous utilisez une compagnie low cost pour voyager en Europe, prenez garde. Les franchises de bagages peuvent être moins élevées et le coût du kilo excédentaire plus élevé qu’avec une compagnie classique Il vaut mieux parfois payer un peu plus cher sur une compagnie classique. Bref, faites vos calculs en fonction du poids estimé de vos bagages.

    Tout ceci pour vous faire comprendre que vous avez intérêt à partir le moins chargé possible, cela vous coûtera moins cher et en plus, vous voyagerez plus facilement. Renseignez-vous aussi avant de partir sur le type de vêtements dont vous aurez besoin en cas de fortes chaleurs ou au contraire en cas de basses températures. S’il y a des vêtements qui ne font pas partie de votre garde-robe, comme une belle doudoune pour affronter l’hiver polonais, peut-être seront-ils moins chers sur place. A vous de vérifier en parlant avec vos camarades qui sont déjà allés sur place.

    Vous avez toujours la possibilité d’emporter un bagage en cabine. Mettez-y tout ce dont vous auriez vitalement besoin pour tenir 24/48 heures en cas de perte de vos bagages enregistrés, ainsi que, bien évidemment vos papiers, argent, carte de crédits, etc.

    Pour l’utilisation de vos rasoirs et sèche-cheveux, pensez à vérifier que le système d’alimentation électrique soit le même qu’en France. Auquel cas, n’oubliez pas de prendre un adaptateur universel. Vous les trouverez facilement dans le commerce.


    9. Budget.

    Avant de partir, renseignez-vous sur le coût de la vie sur place et faites-vous un budget en conséquence. En général, les sites de nos partenaires vous donnent une bonne approximation de vos frais de vie. Demandez à vos camarades qui sont déjà partis sur votre destination de vous donner une idée des prix sur place.


    10. Transfert depuis l’aéroport à votre arrivée.

    Veillez à ce que vous ayez toutes les informations pratiques à ce sujet avant votre départ. Si elles ne vous ont pas été transmises par votre université d’accueil et si vous ne les trouvez pas sur le site de l’université, contactez le Département International.





En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites et vous proposer des publicités ciblées adaptés à vos centres d'intérêts. OK, tout accepter Personnaliser